Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 avril 2013 1 15 /04 /avril /2013 09:27

primeur_2012.jpg
Du lundi 8 au jeudi 11 avril 2013, comme chaque année au début du printemps, Bordeaux présentait ses vins primeurs aux acheteurs de la filière et aux journalistes spécialisés venus des quatre coins de la planète.

Chacun le sait, les échantillons proposés à la dégustation sont le reflet du meilleur de la récolte, assemblés avec soin et préméditation. Il ne s’agit pas là d’une tromperie, mais plutôt d’une volonté de montrer le visage du millésime le mieux éclairé.
De toute évidence, ces vins en cours d’élevage vont connaître une phase d’évolution aromatique et gustative qui va déterminer leurs véritables qualités organoleptiques. Seul, la dégustation horizontale des vins conditionnés permettra d’apprécier véritablement, au fil du temps, la dimension du millésime. Néanmoins, ces vins adolescents révèlent des tendances qui autorisent un premier avis qualitatif.

Concernant le millésime 2012, on peut d’ores et déjà affirmer que les vins blancs secs de Bordeaux, dont certains sont déjà en bouteilles, se révèlent aromatiques, frais et onctueux. Ils s’expriment magnifiquement pour l’AOP Bordeaux et trouvent leur quintessence à Pessac-Léognan.

La qualité des vins rouges paraît plus contrastée. Le climat du mois d’août et septembre 2012 a favorisé la maturité du Merlot, mais n’a pas toujours permis d’obtenir courant octobre, une maturation suffisante des Cabernets Francs et surtout des Cabernets Sauvignons plus tardifs. Pour la seconde année consécutive, les vins de la rive droite (St-Emilion, Fronsac et Pomerol) avec une majorité de Merlot dans l’assemblage se goûtent mieux que les vins de la rive gauche, où le Cabernet Sauvignon reste majoritaire. Quelques vins de Margaux,  mais surtout ceux de St-Julien et de Pauillac, tirent avantageusement leur épingle du jeu.

À de rares exceptions près, les liquoreux ont manqué de pourriture noble et offrent cette année des vins moins concentrés.

Malgré une climatologie difficile avec des incidences inéluctables sur l’état sanitaire de la matière première, Bordeaux a présenté cette année un millésime très convenable, qui prouve si besoin, une maîtrise technique inégalée… 

Partager cet article
Repost0

commentaires

B
C'est vrai que le vin Bordelais subit les contrecoups des aléas climatiques
Répondre

degustation_a_domicile.gif

france degustation

atelier degustation

 

DÉGUSTATION À DOMICILE SUR M6

MES LIVRES

livres.jpg

SUIVEZ MOI !

facebook icon

PARTENAIRES

editions_feret.gif
editions_sudouest.jpg

vitisphere.gif

logo_terredevins.jpg

academie-de-la-couleur.png

inaativ.png

COORDONNÉES

François MARTIN
06 85 06 42 06
francoismartin.degustation@gmail.com

Blogroll